*Toujours cristalliser les larmes dans les yeux des anges pour les transformer en poussière d'étoiles*
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le syndrome de Melas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
petite fee suzy
Petite fée de l'Arche
Petite fée de l'Arche
avatar

Messages : 735
Date d'inscription : 14/05/2008
Localisation : In Rainbow World

MessageSujet: Le syndrome de Melas   Mar 9 Fév - 0:30

Le syndrome de MELAS associe Myopathie mitochondriale, Encéphalopathie, Acidose Lactique et des tableaux neurologiques aigus ressemblant à des accidents ischémiques cérébraux (pseudo-épisodes vasculaires cérébraux ou « Stroke-like »). Sa prévalence exacte est inconnue. La maladie débute le plus souvent dans l'enfance ou chez de jeunes adultes. Les épisodes peuvent être déclenchés par une infection ou un effort physique. Ils associent céphalées et vomissements et parfois des signes tels confusion, hémiparésie ou hémianopsie évoquant un accident vasculaire. Il existe souvent des symptômes chroniques comme une myocardiopathie, une surdité, un diabète, une petite taille, une faiblesse musculaire, un retard mental, des troubles de l'apprentissage, de la mémoire ou de l'attention. Le syndrome de MELAS est provoqué par des mutations de l'ADN mitochondrial. Au moins 10 mutations différentes ont été identifiées mais 80 % des patients sont porteurs de la mutation 3243A>G dans le gène de l'ARN de transfert de la leucine (ARNt Leu). Cette mutation est donc souvent appelée mutation MELAS bien qu'elle soit associée à des tableaux cliniques divers ; sa prévalence a été évaluée à 1 cas pour 6250 en Europe. La mutation ponctuelle de l'ARNt Leu 3271T>C est présente chez environ 7,5% des patients. Le diagnostic repose sur l'imagerie cérébrale montrant que les lésions (atrophie cérébrale, calcification des ganglions de la base) ne respectent pas une topographie vasculaire et donc ne sont pas dues à un accident ischémique vasculaire. La concentration de lactate est presque toujours élevée dans le liquide céphalo-rachidien, moins souvent dans le sang. La biopsie musculaire permet de montrer chez environ 85% des patients l'existence d'une myopathie mitochondriale avec fibres rouges déchiquetées (ragged-red fibers) et déficit mosaïque en activité cytochrome oxydase. L'analyse des activités enzymatiques de la chaîne respiratoire musculaire peut montrer un déficit respiratoire, souvent du complexe I. La recherche de la mutation causale doit tenir compte de son hétéroplasmie c'est-à-dire de sa coexistence avec une population résiduelle d'ADN mitochondrial normal. La proportion de la mutation peut varier considérablement d'un tissu à l'autre mais, dans le syndrome de MELAS, elle est très élevée (>90% de la population d'ADN mitochondrial) dans tous les tissus et peut donc être cherchée dans le sang. Le conseil génétique est compliqué par le phénomène de l'hétéroplasmie. L'ADN mitochondrial est transmis selon les lois de l'hérédité maternelle, mais la proportion transmise est imprévisible. Bien qu'une proportion élevée de mutation chez la mère augmente le risque de naissance d'un enfant sévèrement atteint, il existe de nombreux cas de ségrégation extrême de la mutation entre mère et enfant. Il est donc actuellement impossible d'évaluer de façon correcte le risque pour un enfant donné. Le diagnostic prénatal ne peut être conseillé du fait de la possibilité de distribution tissulaire hétérogène de l'hétéroplasmie. Très peu d'essais thérapeutiques satisfaisants ont été conduits chez les patients ayant un syndrome de MELAS : l'un d'eux a montré un effet délétère à moyen terme du dichloroacétate. L'évolution spontanée, faite de crises suivies de récupération et de rechute, fait qu'il est difficile de statuer sur les nombreux rapports ponctuels sur l'effet bénéfique de l'utilisation de vitamines et de cofacteurs (coenzyme Q10 et son analogue l'idébénone, créatine monohydrate et arginine) ou sur l'effet aggravant de certains traitements (acide valproïque). Le pronostic du syndrome de MELAS est sévère. Chacun des épisodes peut entraîner le décès du patient. De plus, les épisodes ont un effet cumulatif qui aboutit à une détérioration mentale graduelle, avec démence, perte de la vision et de l'audition. La myopathie peut aussi contribuer à une perte de l'autonomie.

Informations prises ici http://www.orpha.net/consor/cgi-bin/OC_Exp.php?Lng=FR&Expert=550.0
Revenir en haut Aller en bas
http://larche-des-etoiles.exprimetoi.net
 
Le syndrome de Melas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Syndrome de Guillain-Barré
» Le syndrome de fatigue chronique
» le Syndrome des Faux Souvenirs Induits
» Le syndrome "benladen"
» Le syndrome de Nietzsche

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
l'Arche des étoiles :: Se soutenir dans nos combats :: Petites explications médicales :: Maladies rares et orphelines/handicaps-
Sauter vers: